LES LAURÉATS 2015

separateur-laureat-2

LA SÉLECTION FRANÇAISE

L’ÉQUIPE QUI A REPRÉSENTÉ LA FRANCE À STOCKHOLM

finaliste_sjwp

« Alarme à bulle contre tensioactifs »
Lycée Pilote Innovant et International, Jaunay Clan (Vienne)

Lorsqu’une goutte d’eau percute la surface de l’eau, elle émet un son dont l’équipe a cherché l’origine. Leur démarche expérimentale leur a permis de comprendre que ce son est émis par une bulle d’air qui se forme et qui vibre dans l’eau après l’impact. Ils ont aussi découvert que sa fréquence de vibration dépend du milieu dans lequel elle se trouve, notamment la concentration en tensioactifs. Le projet propose donc un protocole expérimental qui permet de mesurer la teneur en molécules tensioactives de l’eau.
Des outils de mesures existent déjà pour mesurer cette concentration mais les jeunes soulignent l’originalité de leur démarche, sa précision, sa rapidité ainsi que son aspect ludique et pédagogique, car elle est basée sur l’observation d’une bulle et l’écoute d’un son. La mesure de la teneur en tensioactifs n’a jamais été réalisée ainsi, ce qui présente une innovation dans l’analyse de la qualité de l’eau.

LES 2 AUTRES ÉQUIPES LAURÉATES (FRANCE)

echangeur-thermique

« Echangeur Thermique »
Lycée Chaplin, Décines-Charpieu (Métropole de Lyon)

En partant du constat que l’eau que nous rejetons dans les égouts est sensiblement plus chaude que l’eau froide consommée, le projet propose de préchauffer l’eau froide avant son entrée dans la chaudière, le ballon d’eau chaude ou encore la douche, avec les calories habituellement perdues dans les égouts.
L’idée est d’éviter le gaspillage de cette énergie en la récupérant, pour la réutiliser et réaliser des économies.

Pour ce faire, les candidats ont réalisé plusieurs expériences autour d’un échangeur thermique afin de mesurer les différentes variantes de la transmission d’énergie présente dans les eaux usées dans une eau plus froide, pour la réchauffer. Leurs résultats sont significatifs : près de 45% d’économies sont réalisées par rapport à une installation sans échangeur.
Suite à ces expériences, ils présentent un exemple d’installation du système, le plus adapté possible et le plus efficace pour faire des économies significatives.

Ils proposent d’intégrer l’échangeur thermique directement dans le bac à douche, ce qui permettrait que l’échange se fasse très rapidement et de limiter les pertes d’énergie dans les canalisations.

schema-sensibilisation-problematique-utilisation-eau-riviere-la-vezere

« Sensibilisation aux problématiques dues à l’utilisation de l’eau d’une rivière : la Vézère »
Lycée Saint-Exupéry (Terrasson)

Le projet vise à sensibiliser principalement les élèves des écoles primaires et de premier cycle en collège aux problématiques dues à l’utilisation de l’eau de la Vézère. A partir de l’étude de nombreuses thématiques (la géologie, les paysages, le patrimoine, l’hydrologie, la qualité de l’eau, la faune, la flore, les sites protégés, la pêche et les utilisations touristiques et industrielles), les lycéens ont réalisé une carte dessinée dépliante (10 pages A4) ainsi que des fiches pédagogiques à faire remplir par des élèves. Ces fiches sont thématiques (activités industrielles, agriculture, pêche et poissons de rivière etc.) et questionnent le public visé sur l’environnement de la Vézère.

Ces outils pédagogiques ont notamment été élaborés sur la base d’interviews d’élus locaux, d’industriels, d’associations, etc.

LA SÉLECTION INTERNATIONALE

LES LAURÉATS DU CONCOURS INTERNATIONAL

Perry Alagappan (USA)

Lors d’un voyage en Inde, Perry s’est rendu compte des problèmes liés à la purification de l’eau et à l’élimination des polluants qui touchent le pays en voie de développement. Après réflexion, il a l’idée d’utiliser des nanotubes de carbone, de minuscules tubes aussi solides que l’acier à l’échelle nanométrique. Il se rapproche de l’université de Rice pour recevoir des conseils de professionnels afin de créer un prototype de filtre qui utilise les nanotubes de carbone pour éliminer les métaux lourds toxiques de l’eau.

99 % des métaux lourds des eaux usées provenant de l’industrie et des réseaux d’eau potable peuvent être éliminés grâce à son invention.